Les glaciers islandais

L’Islande, comme son nom l’indique, est un pays marqué par la glace, c’est en tout cas ce qui marqua les premiers colons qui découvrirent ce pays et le nommèrent ainsi. En effet, « Island » veut dire en vieux noirrois, terre de glace. Les paysages de ce pays sont donc largement distingués par la présence de la glace, des glaciers, mais aussi de calottes glaciaires. On trouve même, dans le pays, le glacier le plus important d’Europe (ou le second si l’on considère que l’archipel de Svalbard est en Europe).

Au total, la glace compte pour un peu plus de 11% de la surface du pays et il joue un rôle capital dans le pays, tant au niveau des paysages, du climat, que de l’hydrologie, de l’économie ou encore du volcanisme. Partons donc découvrir dès maintenant les grandes masses glaciaires qui marquent l’Islande de leurs empreintes, mais qui malheureusement sont, elles aussi, impactées par le réchauffement climatique…

Photo satellite de l'Islande

Les glaciers en Islande : forme, taille et caractéristiques

Couvrant environ 11 400 km2, les glaciers (jökull en islandais) représentent donc environ 11% de la superficie du pays. Cependant, tous n’ont pas la même forme, ni la même superficie, ni les mêmes caractéristiques.

Les différents types de glaciers

Alors qu’en Europe, nous avons principalement affaire à des glaciers de vallée ou suspendus, l’Islande dispose d’une bien plus grande variété grâce notamment à son climat humide et froid.

On peut trouver dans le pays des glaciers de vallée, des glaciers suspendus ou encore des glaciers de piémont (des langues glaciaires qui arrivent dans la plaine), mais c’est surtout les calottes glaciaires (de vastes étendues non délimitées par des montagnes et qui ont un peu la forme d’un dôme) qui impressionnent. En effet, ces masses de glace ne sont pas entourées de montagnes, mais elles sont souvent au-dessus.

En Islande, on trouve donc un peu de toutes sortes de glaciers, grâce au climat froid et aux fortes précipitations. Les calottes y ont cependant une place prédominante, car ils représentent une très grande partie de la superficie englacée du pays. D’ailleurs, le Vatnajökull fait même une surface équivalente à la Corse pour une épaisseur de 1000 mètres au maximum !

Parc national et glaciers de Skaftafell

Formation et caractéristiques

Les glaciers se sont formés sur les montagnes du pays, la plupart du temps des volcans en activité ou éteints, au-dessus des cratères, ce qui fait que de nombreuses éruptions peuvent avoir lieu sous les glaciers via des volcans sous-glaciaires. Les calottes et autres glaciers vont donc se former par une accumulation de la neige. Celle-ci, au fil du temps et des saisons, se transforme petit à petit en glace en se tassant. Il faut souvent plusieurs dizaines d’années de précipitations pour créer des glaciers.

En Islande, certaines zones glaciaires peuvent recevoir chaque année 30 à 40 mètres d’une neige fraîche qui, une fois tassée, ne fera plus que quelques dizaines de centimètres. Les zones d’accumulation (celles où se forme la glace) se trouvent souvent à des altitudes supérieures à 800 ou 1000 mètres pour l’Islande. La glace ainsi formée va ensuite s’écouler vers le bas en glissant, emportée par son propre poids.

En bougeant, la glace va se déformer et créer des crevasses et autres séracs. Elle va aussi tasser le sol, creuser des vallées ou des fjords et donc largement sculpter le paysage islandais. C’est surtout lors de l’avancée et du retrait d’un glacier qu’ont lieu ces phénomènes. De nombreuses vallées et fjords du pays sont donc apparus lors de la fin de la période glaciaire du quaternaire il y a environ 12 000 ans. Autre typologie de paysage que l’on doit aux glaciers, ce sont les sandurs, d’immenses plaines formées par les alluvions glaciaires. Certaines sont gigantesques en Islande à cause des volcans qui, lorsqu’ils rentrent en éruption sous un glacier, vont faire fondre la glace en eau qui, suite à une accumulation, va d’un coup céder en terrible Jökulhlaup.

La taille des glaciers islandais

Les glaciers couvrent environ 11,1% de la superficie des glaciers, soit un environ 11 400 km2. Cependant, quelques rares glaciers, en particulier les calottes de Vatnajökull, Langjökull, Hofsjökull et Mýrdalsjökull, représentent la majorité de la surface englacée du pays. Les 13 plus grands du pays représentent tout de même 11 181 km2, et le Vatnajökull (8 300 km2) environ 72%.

NomsSuperficie (km2)Volume (km3)Altitude maximum
1Vatnajökull8 3003 1002 109,6
2Langjökull9531951 360
3Hofsjökull9252081 765
4Mýrdalsjökull5961401 493
5Drangajökull160925
6Eyjafjallajökull781 666
7Tungnafellsjökull481 535
8Þórisjökull321 350
9Eiríksjökull221 672
10Þrándarjökull221 236
11Tindfjallajökull191 462
12Torfajökull151 190
13Snæfellsjökull111 446

Carte géographique de l'Islande

L’histoire des glaciers

De part sa situation géographique, son climat et ses montagnes, l’Islande dispose depuis très longtemps de glaciers, au moins depuis le début du quaternaire (-2,6 millions d’années). Pendant les maximums glaciaires, l’île est même entièrement recouverte d’un inlandsis de plusieurs kilomètres d’épaisseur. En se retirant entre -12 000 et -9 500 ans avant Jésus-Christ, les glaciers vont donc laisser un paysage particulier.

A l’arrivée des premiers colons, les glaciers sont encore présents, même s’ils ont largement réduit, ils sont même moins gros qu’actuellement, car la température est légèrement plus élevée. Cela facilite l’installation des Scandinaves, qui peuvent pratiquer facilement l’élevage et même quelques cultures. Cependant, dès la fin du Moyen-Age et surtout lors du petit âge glaciaire entre 1600 et 1900, les glaciers s’agrandissent largement et rendent compliquée la circulation dans le pays. Par exemple, les langues glaciaires du Vatnajökull arrivent alors au niveau de l’océan et l’on est obligé de faire appel à des guides locaux pour les traverser.

Depuis le début du XXe siècle, les glaciers sont en rapide régression et cela ne s’améliore pas avec le réchauffement climatique. La majorité des glaciers sont en recul (sur 34, 28 reculent, 4 sont stables et deux grandissent selon une étude entre 1995 et 2008). D‘ailleurs, l’un d’entre eux, l’Okjökull, a même perdu son titre de glacier en 2010, car la couche de glace n’était plus assez épaisse pour bouger, il s’agit maintenant seulement de neige éternelle.

Cette diminution et disparition progressive des plus petits glaciers, s’avère problématique, car la glace a un effet albédo important et participe au refroidissement climatique, sa disparition provoque donc un réchauffement. Elle est aussi très utile à l’île pour disposer d’importantes réserves d’eau utilisées dans l’hydroélectricité.

Lac Jokulsarlon en Islande

Les principaux glaciers

En islandais, glacier se dit jökull, on retrouve donc ce nom dans l’ensemble d’entre eux, en dernier partie de leurs noms. Mais, quelles sont les plus remarquables calottes du pays ? Découvrez la réponse juste en dessous :

  • Vatnajökull : c’est l’un des plus grands glaciers d’Europe (entre la première et troisième position). Visible depuis la route n°1 depuis Vik jusqu’à Höfn, cette calotte de 8 300 km2 (presque la taille de la Corse) est tout simplement gigantesque, et de nombreuses langues glaciaires descendent du glacier. L’épaisseur atteint même par endroits plus de 1000 mètres. Pour finir, on trouve sur ce glacier le sommet de l’île Hvannadalshnjúkur (2 110m), ainsi que de nombreux volcans dont les caldeiras de Grímsvötn (100 km²) et Bárðarbungu (60 km²).
  • Langjökull : c’est le deuxième plus grand glacier d’Islande, il se trouve dans l’intérieur des terres vers l’ouest et il est visible depuis la piste F550.
  • Hofsjökull : troisième plus grand d’Islande, ce dernier se trouve sur le plus grand volcan cratère bouclier du pays. Il est visible depuis la piste qui traverse le centre du pays.
  • Mýrdalsjökull : c’est le 4ème plus grand glacier d’Islande, visible depuis la route n°1 au nord-ouest de Vik, dans le sud du pays. En-dessous de la glace, on trouve de dangereux glaciers.
  • Drangajökull : situé dans les fjords du Nord-ouest (Westfjords), il s’agit d’un glacier totalement situé en-dessous de 1 000 m. Il faut aussi noter qu’il s’agit d’un des rares glaciers qui gagnent du terrain.
  • Eyjafjallajökull : devenu célèbre lors de son éruption en 2010, il s’agit d’un glacier relativement petit. La route 1 entre Hela et Vik nous fait passer sous ce glacier.
  • Snæfellsjökull : bien plus petit que les autres glaciers, le Snæfellsjökull fait seulement 11 km2. Situé sur le stratovolcan du même nom, il culmine à 1 446 mètres. Par contre, il est en fort recul depuis quelques années. Ce glacier est connu grâce à un certain Jules Verne qui fit commencer son Voyage au centre de la Terre en ces lieux.