Levée presque totale du contrôle des changes en Islande

Drapeau islandais

Voici une bonne nouvelle attendue depuis 8 ans ! L’Islande, par la voix de son Premier ministre d’alors a annoncé le la levée du contrôle des changes. Certes, c’est une décision qui se mettra en place de façon progressive. Mais la libre circulation de la couronne deviendra à nouveau effective dès septembre 2016. Décryptage.

Les causes d’une décision difficile prise il y a quasiment 8 ans

Tout d’abord, un rappel des faits s’impose, car tout le monde ne connaît pas forcément l’histoire. Vous souvenez-vous de la crise subséquente à la chute des Lehman Brothers en 2008 ? Le séisme financier était parti des États-Unis, mais il toucha la planète tout entière, y compris l’île nordique. En ce temps-là, une conjoncture bien plus favorable permettait à l’Islande de se capitaliser à des taux avantageux sur les marchés mondiaux.

Et comme les affaires marchaient très bien, les banques islandaises accordaient des retours intéressants aux investisseurs. La monnaie de la terre de glace, très prisée, faisait l’objet de toutes les spéculations. Les trois grandes du pays, à elles seules, possédaient des avoirs qui représentaient 14 fois le PIB de toute l’Islande. Quand survint l’hécatombe financière, l’État ne pouvait donc rien faire d’autre que d’interdire une sortie incontrôlée des capitaux.

Conséquences drastiques de cette mesure exceptionnelle

Fut donc mise à exécution une politique financière dont la fin devait aboutir à une levée du contrôle des changes. En quoi consistait-elle ? Une sortie de fonds ne peut se faire sans l’accord des autorités. Tous ceux qui, pris de panique, souhaitaient retirer leurs avoirs des banques d’Islande n’en avaient pas la possibilité puisque celles-ci étaient désormais dans le giron de l’État. Ce décret, plutôt inhabituel dans l’économie mondiale, prit de cours les investisseurs.

Quant aux nationaux, ils n’avaient pas le droit de faire des acquisitions immobilières en dehors du territoire. Pour beaucoup de capitales, le comportement islandais n’était rien moins que du vol, au point que le gouvernement britannique n’hésita pas à traiter le pays du nord d’État voyou. Joignant l’acte à la parole, la Grande-Bretagne bloqua, elle aussi, les fonds islandais détenus par ses banques.

La solution ne plut pas à tout le monde, mais elle permit d’éviter l’effondrement de la couronne et du système financier de l’île.

Ce qui rend possible la levée du contrôle des changes

Aujourd’hui, les données ont changé depuis lors. L’économie islandaise revit, et le pays connaît depuis plusieurs années une croissance régulière importante. Enviable, et justement enviée dans toute l’Europe. Les investisseurs sont de plus en plus nombreux à s’intéresser à l’Islande. Cela permet au gouvernement d’annoncer le retour à la normale d’ici la fin de cette année. Une telle décision n’aura-t-elle pas d’impacts négatifs ? Bien sûr ! Si tout le monde veut en même temps retirer son argent, cela risque de créer un branle-bas sans précédent sur le marché des devises. Cependant, le ministère des Finances a imaginé un stratagème pour y faire face.

Tous les fonds spéculatifs ne feront le mouvement retour qu’à une seule condition. Les propriétaires doivent accepter de régler une taxe spéciale de 39 %. Si l’on tient à ce que son argent cesse de dormir dans les caisses islandaises, on concédera un prélèvement de 39 couronnes sur 100 demandées. Cette solution aura pour effet de réduire les risques de soubresauts de la devise islandaise sur le marché du forex.

Quelles implications pour les nationaux et les voyageurs sur l’île ?

Dans l’immédiat, une loi redonnera la possibilité aux Islandais en attente :

  • D’acheter des devises étrangères
  • De solliciter l’autorisation de l’État avant de procéder à des sorties de fonds
  • D’acquérir plus facilement des biens à l’extérieur.

La levée du contrôle des changes, à la longue, permettra aux étrangers d’avoir en leur possession quelques billets de couronne avant d’entrer en Islande.

Les attentes du gouvernement islandais seront-elles comblées ? Les prochains mois nous le feront savoir !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here