Reykjavík

Reykjavík
4.7 (93.33%) 3 votes

Plus petite capitale européenne, Reykjavík semble presque provinciale pour les habitants des grandes villes du continent. Pourtant, cette petite agglomération est très active et est devenue aujourd’hui l’une des villes phares à visiter en Europe ! Pourquoi tant d’attrait pour la « baie des fumées » (la traduction littérale de Reykjavík en français !), c’est sans doute grâce à son patrimoine, sa vie culturelle intense, ses nombreux musées, son cadre naturel assez extraordinaire, mais aussi et surtout son ambiance nordique si particulière et la possibilité de rencontrer les Islandais dans leur vie de tous les jours.

Islande Explora vous emmène découvrir la capitale la plus septentrionale du monde. Vous découvrirez sur cette page tout ce qu’il faut savoir sur cette ville, tant au niveau historique et géographique, que touristique ou pratique pour être prêt à partir découvrir la pétillante capitale islandaise et partir en voyage

 1 jour
Note du site :
Coup de coeur
Note du « Guide Vert » :
Vaut le voyage selon un guide touristique

Un peu de culture…

Reykjavík signifie donc littéralement en français « baie des fumées » (vik pour baie et reykja pour fumée), tout simplement, car – selon le livre de la colonisation ( Landnámabók) – des sources d’eau chaude dans la région faisant s’élever des vapeurs et fumées au-dessus de la baie qui abrite aujourd’hui la plus grande ville islandaise. En effet, Reykjavik n’est pas seulement la capitale du pays (tant politique, juridique, économique que culturelle), mais c’est aussi aujourd’hui la plus grande cité du pays.

Géographie

La capitale se trouve au sud-ouest de l’Islande sur le bord de l’océan Atlantique et plus particulièrement sur les rivages découpés de criques, de presqu’îles et de petites îles (dont la plus connue est Viðey)  de la baie de Faxaflói. La majorité de la ville se situe sur la péninsule de Seltjarnarnes qui est entouré de deux fjords au nord (le Kollafjörður) et au sud (le Skerjafjorður), mais l’agglomération s’est largement étendue en dehors du territoire originel de Reykjavik vers le sud (avec les villes de Kópavogur, Garðabær et Hafnarfjörður), l’ouest (avec Seltjarnarnes) et vers le nord (avec Mosfellsbær). La municipalité de Reykjavik comprend 9 quartiers différents et deux zones non peuplées appelées « hinterland ».

Au niveau topographique, la capitale d’Islande est loin d’être plate avec de très nombreux reliefs entre le littoral et les collines qui sont nombreuses. On trouve notamment celle de Perlan au sud et en dehors de la ville (mais dans la municipalité de Reykjavik), à quelques kilomètres au nord le mont Esja culmine à 914 mètres. Reykjavik est aussi traversée par la rivière Elliðaá qui prend sa source quelques kilomètres à l’est. On trouve également dans le centre-ville historique le petit lac de Tjörnin.

Pour terminer la présentation géographique de Reykjavík, il faut logiquement s’intéresser à l’urbanisme et la population de la ville. Sur un territoire de 274 km2 (plus de 2 fois la superficie de Paris) on trouve une population d’environ 120 000 habitants, soit une très faible densité de population de 442 habitants par kilomètres carré ! Avec l’ensemble de l’agglomération, la population atteint 200 000 habitants, soit presque un tiers de la population du pays. L’urbanisme de la ville est plutôt dispersé avec une prédominance de l’habitat individuel, même dans le centre-ville. On compte cependant de nombreux immeubles dans cette zone, ainsi que quelques petites tours le long de Sæbraut.

Climat de la ville

Située à la 64° latitude nord, la ville de Reykjavik est la capitale la plus septentrionale du monde et pourtant ce n’est pas, et de loin, la plus froide. C’est la proximité de l’océan et la présence de la Dérive Atlantique-Nord (une branche du fameux Gulf Stream) qui offre à la ville un climat subpolaire océanique. La température moyenne y est alors de 4,4°C avec seulement -0,5°C en janvier et 10,6°C en juillet. Au niveau des records, la ville de Reykjavik subit là aussi l’influence maritime avec -19,7°C pour les températures minimum et 26,4°C pour les records de chaleur.

 janvfevmarsavrilmaijuinjuilaoutseptoctnovdecTotal
Temp. moy.-0,50,40,52,96,3910,610,37,44,41,1-0,24,3
Moy. max.1,92,83,25,79,411,713,31310,16,83,42,27
Record max.9,99,41314,718,819,524,319,918,513,611,310,724,3
Moy. min.-3-2,1-20,43,66,78,37,952,2-1,3-2,81,9
Record min.-19,7-17,6-16,4-16,4-7,7-0,61,41-4,4-10,6-12,7-16,8-19,7
Precipitation (mm)75,671,881,858,343,85051,861,866,585,672,578,7798,8
Nb. de jours de precipitation >=1 mm13,312,514,412,29,810,71011,712,414,512,513,9148,3
Ensoleillement26,951,8111,1140192161,3171,3154,8124,883,438,512,11268,4

L’autre particularité du climat de la capitale islandaise est son ensoleillement avec une nuit quasi complète en hiver (quelques heures de jour) et au contraire un jour complet l’été (le soleil se couche quelques heures, mais il fait toujours jour : c’est le soleil de minuit !).

MoisJanvFévMarsAvrMaiJuinJuilAoûtSeptOctNovDéc
Heure moyenne de l'aube10:0309:1307:4605:5503:5024 heures de lumière du jour24 heures de lumière du jour03:0605:1706:5008:1809:36
Heure moyenne du crépuscule16:5918:1119:3521:1023:0424 heures de lumière du jour24 heures de lumière du jour23:5721:3519:4318:0316:57

Histoire de Reykjavík

Actuelle capitale de l’Islande, Reykjavik est entrée dans l’Histoire dès le tout début de la colonisation de l’île par les Vikings. En effet, selon le livre de la colonisation Landnámabók, c’est dans la Baie des fumées que seraient arrivés les premiers colons norvégiens emmenés par leur leader Ingólfr Arnarson en 874. Pourtant, presque aucune population ne se fixe dans ce lieu et l’emplacement actuel de Reykjavík va rester un simple lieu-dit pendant plusieurs siècles.

Il faut attendre le XVIIIe siècle pour que l’on voit véritablement apparaître Reykjavik dans l’Histoire avec les premiers développements urbains et industriels. C’est grâce au roi du Danemark qui, en 1752, donne des terrains pour favoriser le développement de l’industrie de la laine, pêche, construction navale ou exploitation de soufre que se développe cette zone. En 1786, Reykjavik, comme 5 autres communautés du pays, obtient une charte marchande et c’est donc cette date qui est retenue pour la fondation de la ville.

Plusieurs décennies après, Reykjavík est encore la seule ville d’Islande et elle devient le principal centre de l’indépendance islandaise. C’est pour cela que la ville est choisie pour accueillir le rétablissement du parlement (l’Althing) en 1845 et elle devient alors de fait la capitale du l’île. En 1874, la première constitution offre à l’assemblée des pouvoirs législatifs et c’est en 1904 que le pays dispose d’un pouvoir exécutif propre avec la Maison du gouvernement. Le 1er décembre 1918, le pays devient officiellement indépendant, car il passe de colonie danoise à celui de Royaume d’Islande dont le roi est aussi celui du Danemark.

Suite à la Première Guerre Mondiale, la ville se développe grâce à l’industrie de la pêche, mais elle subit rapidement les effets de la crise de 1929. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, elle passe sous le contrôle des alliés avec les Britanniques qui envoient 4 navires de guerre à Reykjavik le 10 mai 1940 pour prendre le contrôle du pays qui était alors neutre. Grâce à la situation géographique idéale du pays entre l’Europe et l’Amérique, Reykjavik va jouer un rôle dans l’acheminement de matériel, puis d’hommes depuis les Etats-Unis. Les Britanniques vont alors construire l’aéroport de Reykjavik et les Américains celui de Keflavik à 50 kilomètres à l’ouest. Pendant tout le conflit, la capitale va profiter de cette situation pour se développer économiquement, car elle reste éloignée de la zone de guerre.

La fin de la Seconde Guerre Mondiale signifie aussi la prise d’indépendance totale de l’Islande, qui devient alors une république indépendante du Danemark et de sa couronne avec pour capitale Reykjavik. Dans les décennies qui suivent, la population va aussi rapidement augmenter avec l’exode urbain qui se met en place, car la capitale islandaise attire beaucoup les jeunes.

Depuis les années 1980 et jusqu’à aujourd’hui, la ville est devenue de plus en plus importante et renommée au niveau international, culturel, économique et politique. En 1986, elle accueille un sommet entre Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev. La ville voit naître de nombreux talents artistiques comme Björk, ce qui la fait connaître sur la scène internationale et, depuis les années 2000-2010, elle accueille de nombreux festivals de musique. Économiquement, la cité a profité du développement de la finance et des technologies de l’information pour devenir moderne. De nombreux quartiers sont alors réaménagés au début des années 2000, mais il faudra attendre la décennie suivante pour voir l’ensemble terminé à cause de la crise financière de 2008 qui toucha durement Reykjavik.

A visiter à Reykjavik

Pour visiter Reykjavik, il faut prendre son temps, car même si la capitale islandaise et plus grande ville du pays semble petite pour beaucoup, elle n’en demeure pas moins très intéressante tant du point de vue culturel que patrimonial, mais aussi pour sortir dans un bar, boire un café, manger à une bonne table ou encore pour découvrir les Islandais.

Ce guide va donc vous permettre de répondre à plein de questions que vous vous posez sur cette ville :

  • Comment bien profiter de Reykjavik ?
  • Combien de temps faut-il pour voir et visiter la ville ?
  • Quels sont les sites touristiques les plus importants à voir ?
  • Comment sortir et s’amuser dans cette ville ?

Vous pourrez alors vous organiser pour partir découvrir cette capitale insolite lors d’un simple weekend ou pendant un voyage de plusieurs semaines en Islande.

Les sites touristiques incontournables

Lors d’une visite de Reykjavik, il est intéressant de visiter ou de passer dans certains lieux comme :

  • Harpa
  • L’hôtel de ville de Reykjavik
  • Perlan
  • Le port de Reykjavik
  • L’Althing
  • Les vieilles rues du centre-ville
  • La Cathédrale de Reykjavik
  • Hallgrimskirkja
  • Le voyageur du soleil
  • Le Musée National d’Islande
  • Le Musée de la Baleine
  • Musée de la ferme d’Arbaer
  • Viking Maritime Museum
  • National Gallery of Iceland
  • The Einar Jonsson Museum
  • Musée d’art de Reykjavik
  • Reykjavik Art Museul Hafnarhus
  • Île de Viðey
  • Musée des Sagas
  • Reykjavik Art Museum
  • Safnahusid
  • Tjornin
  • Volcano House Iceland
  • Les plages de la ville avec ses hot pots

Si vous n’avez pas le temps de tout faire, voici quelques idées qui pourront vous aider pour savoir quoi faire dans cette belle ville :

Les circuits dans la capitale islandaise

Découvrez les différents circuits qui vous emmènent parcourir les rues de la plus grande ville de cette île. De 1 jour à 4 jours, Reykjavik a de nombreux atouts pour être plus qu’un simple camp de base pour les touristes qui partent découvrir l’île ! Mais comment s’organiser et préparer son voyage ? La réponse juste ci-dessous :

Se balader en dehors de Reykjavik

Si vous souhaitez vous aventurer en-dehors de la capitale, mais tout en restant à seulement quelques heures de voitures voici quelques activités que vous pouvez envisager de faire :

Sortir à Reykjavík,

Outre l’aspect culturel et patrimonial de la ville, Reykjavík est une ville jeune avec de nombreuses activités pour sortir, manger ou boire un coup. En déambulant dans les rues du centre-ville, vous découvrirez de nombreux cafés, restaurants, boutiques et bien sûr des bars.

Où manger ?

Au niveau des restaurants, on trouve en ville un large choix, surtout dans l’artère de Laugavegur. La cuisine servie est souvent islandaise, mais pas seulement avec des cuisines fusions, américaine, italienne, indienne, asiatique, et même française…

Où prendre un café ?

Prendre un café, un thé, manger une bonne pâtisserie, cela fait partie des habitudes islandaises. Alors logiquement on trouve dans la cité du sud-ouest de l’Islande de nombreux cafés où il fait bon vivre.

Où boire un verre et faire la fête ?

Même s’il n’existe pas à proprement parler de discothèque ou de boîte de nuit en Islande, l’activité nocturne ne manque pas avec de nombreux bars ouverts jusqu’à tard dans la nuit. La saison pour faire la fête dans cette ville c’est surtout l’été lorsque que la lumière du jour ne disparaît jamais complètement. Les jeunes Islandais et maintenant les touristes, font donc la tournée des bars jusqu’à 4 ou 6 heures du matin sous une lumière tamisée. L’hiver, l’ambiance est plus calme, sauf pendant la période du nouvel an, où la ville s’illumine de mille feux d’artifice !

Découvrez dès-maintenant nos sélections :

La ville vit aussi au rythme des festivals qu’elle accueille tout au long de l’année. Idéalement située entre l’Amérique et l’Europe, elle attire depuis quelques années des festivals d’envergure comme Sónar Reykjavík en février, Secret Solstice en juin et Iceland Airwaves et novembre.

Où faire ses achats ?

Principale agglomération du pays et grande zone touristique, on trouve à Reykjavik de très nombreux boutiques pour faire ses achats touristiques.

Où dormir à Reykjavik ?

Lors de votre voyage à Reykjavik, où allez-vous dormir ? Le plus simple est logiquement de passer l’ensemble de ses nuits dans le même endroit. Selon vos budgets, vos goûts et les possibilités d’hébergement, vous pourrez choisir l’hôtel, les chambres d’hôtes, le BnB, l’auberge de jeunesse ou encore le camping.



Booking.com

Infos pratiques

  • Horaires : Ville accessible toute l’année, mais les différents monuments ont bien sûr des horaires
  • Durée : une journée minimum pour visiter la ville, mais le mieux pour profiter est d’y rester entre 2 et 3 jours. Si vous n’avez vraiment pas le temps, vous pouvez y rester seulement une demi-journée, mais vous ne ferez qu’effleurer Reykjavík.