L’Islande devient le deuxième pays du monde à enrayer la pandémie Covid-19

Covid 19 en islande

L’Islande a été relativement discrète dans les actualités concernant la pandémie de Covid-19. En effet, quand le virus a commencé à se répandre dans les quatre coins du monde, la terre de glace et de feu n’a jamais figuré parmi les pays les plus sévèrement touchés. Et actuellement, alors que les morts se comptent par milliers aux USA et que la Chine se bat contre les cas importés qui commencent à sérieusement inquiéter les autorités locales, l’Islande devient le second pays de la planète, après le Groenland, à s’être débarrassée du Covid-19. Les chiffres des dernières semaines sont très rassurants : plus de cas positif, plus de foyer actif.

Gestion de la pandémie du Covid-19 : quelques leçons à retenir de l’Islande

Le 8 avril dernier, les autorités sanitaires du Groenland ont annoncé la guérison de toutes les personnes malades du Covid-19. Après la guérison de la dizaine de personnes contaminées depuis le début de l’épidémie, l’île danoise devenait alors le premier pays du monde à se débarrasser du virus. Désormais, ils sont deux puisque l’Islande semble également être sortie d’affaire avec pour le moment l’absence de nouveaux cas positifs et de foyers actifs.

Évidemment, le reste du monde a quelques leçons à retenir de ces deux pays nordiques, mais parlons aujourd’hui de l’Islande. Premièrement, l’Islande a lancé sa campagne de dépistage fin janvier, alors qu’il n’a pas encore été question d’une pandémie. L’Organisation Mondiale de la Santé n’a pas encore fait d’appel massif au dépistage à ce moment là et le Covid-19 était une épidémie chinoise qui n’inquiétait pas beaucoup de pays.

Ensuite, l’Islande figure parmi les pays qui ont dépisté le plus grand nombre de leurs habitants. En effet, 10% de la population islandaise a été dépistée ce qui équivaut à 36 000 tests réalisés, dont 43% se sont révélés positifs avec une dizaine de décès à déplorer. Selon ces chiffres, l’Islande a dépisté 10 fois plus d’habitants que la Corée du Sud alors que cette dernière a également misé sur le dépistage massif. Pour vous donner une idée de ce qui a été fait dans d’autres pays, moins de 1% de la population a été dépisté en France, pareil en Allemagne et dans d’autres pays d’Europe.

Deux campagnes de dépistage différentes

Les autorités sanitaires islandaises, avec l’aide de Code Genetics, ont mis en place une campagne de dépistage ciblé et une campagne de dépistage au hasard.

Fin janvier, toutes les personnes qui présentaient des signes ou qui avaient été éventuellement en contact avec le virus, ont été dépistées. La même décision pour celles qui sont revenues de pays à risques comme la Chine, l’Italie, la Suisse ou encore l’Autriche. Plus de 9 000 personnes ont alors été dépistées et 13.3% d’entre elles portaient effectivement le Covid-19.

La seconde campagne a été mise en place à partir du 13 mars et elle s’adressait aux habitants qui se portaient volontaires. Parmi les 14 000 Islandais qui ont répondu à l’appel, certains présentaient quelques symptômes, d’autres non. Certains ont été en confinement, mais pas tous. Entre 0,6 et 0,8 des volontaires étaient dépistés positifs au Covid-19. Toutes les personnes diagnostiquées positives ont ensuite été contraintes de se confiner pendant une dizaine de jour, de même que celles qui ont été en contact avec elles.

Beaucoup d’experts estiment que l’isolement géographique de l’Islande est à l’origine de sa situation « confortable » par rapport à la pandémie du Covid-19. Ce n’est pas faux, mais les mesures prises ont également beaucoup joué, notamment le dépistage précoce, massif et gratuit. L’île prendra certainement toutes les mesures nécessaires pour éviter les cas importés dans les mois à venir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here