Véritable porte d’entrée de l’Islande, cette ville à l’extrême ouest de la péninsule de Reykjanès est construite juste à côté de l’aéroport internationale de Reykjavik, le seul du pays.

Aussi appelé Reykjanesbær, du nom de la municipalité où se trouve Keflavik, cette ville portuaire est avant tout connue pour son aéroport, et elle n’est pas forcément très attirante d’un point de vue touristique. Pourtant, on y trouve quelques sites intéressants et, surtout, il s’agit d’un bon point départ pour un voyage ou un roadtrip à travers l’Islande.

 2h
Note du site :
Si vous avez le temps
Note du « Guide Vert » :
Si vous avez le temps

Baie de Keflavik Un peu de culture…

Située sur la péninsule de Reykjanes (région de Suðurnes), sur une partie appelée Midnes dans le nord-ouest de cette région, la ville de Keflavik se trouve en fait en face de Reykjavik lorsque l’on traverse Stakksfjordur.

Elle se trouve dans la municipalité de Reykjanesbær qui comprend en plus de Keflavik, la ville de Njarðvík au sud-est de la première. L’ensemble de l’agglomération a une population de 15 000 habitants, ce qui en fait la troisième du pays et elle est en forte hausse, car en 2009 la population n’atteignait que 9 500 habitants.

L’Histoire de Keflavik est beaucoup plus vieille que l’on pourrait le penser, car les premières mentions datent du XIIIe siècle en tant que centre de commerce, puis de pêche. Cependant, le vrai décollage a lieu à partir du milieu du XXème siècle lorsque l’US Air Force y installe sa base militaire à la place de l’actuel aéroport international de Keflavik. La présence militaire américaine en Islande fait suite à un accord entre l’Islande et les USA en 1951, car l’île ne dispose pas d’armée.

Entre 1949 et 2006, de nombreux soldats américains (jusqu’à 1900) et leurs familles ont habité dans l’ancienne base située au sud de la ville actuelle. Leur présence a pendant longtemps largement enrichi la région en faisant vivre pas moins de 1/5 des habitants. Depuis le départ des 4 derniers F15 de l’USAF en 2006, la base a été temporairement fermée, puis elle ouvre en 2008 pour accueillir des avions de l’OTAN qui assurent la police du ciel islandais.

Même si les Américains sont partis depuis déjà plus d’une décennie, la ville reste marquée par leur présence, avec les grandes rues qui ressemblent à s’y méprendre aux bourgades américaines avec leurs parkings, commerces, fast-food et drive-in.

Aujourd’hui, Keflavik et la municipalité de Reykjanesbær accueillent sur leur sol l’aéroport « Leifur Erikson », ainsi qu’un port de commerce.

À visiter

Souvent juste traversée par les voyageurs ayant atterri à l’aéroport international, la municipalité de Reykjanesbær, même si elle n’est pas attirante au premier regard, constitue un bon point de départ pour découvrir la région aux alentours. On trouve aussi à Keflavik et Njarðvík quelques petites attractions dont des musées.

Keflavik

Cette cité a donc une image à première vue très américaine, surtout lorsque l’on passe sur la principale avenue Njarðarbraut. Cependant, en continuant un peu vers Hafnargata, puis entre Túngata et Vallargata, on découvre des rues qui font plus islandaises avec des maisons en bois et tôles colorées. Pas loin, se trouve le petit port qui dispose de deux petits sites touristiques :

  • Duushús Museum ♥12h à 18h, sauf le weekend 13h et 18h et entrée gratuite – Centre culturel de Keflavik et musée, il se trouve en partie dans une belle demeure, la maison du port, qui date de 1877. Il s’agissait à l’époque du second plus grand bâtiment du pays. On trouve dans ce musée de nombreuses maquettes de bateaux des XIXe et XXe siècles, mais aussi des expositions artistiques et folkloriques temporaires en rapport avec la région et son Histoire.

Duushús Museum

  • La grotte de la géante Skessuhellir : il s’agit d’une grotte artificielle dans laquelle se trouve une énorme sculpture d’une géante qui sort tout droit du livre pour enfants de Herdís Egilsdóttir (1959).

Au sud de Keflavik, on trouve aussi un musée qui plaira à tous les fans de Rock’n’roll ! Si c’est votre cas, alors rendez-vous à The Icelandic Museum of Rock ‘n’ Roll11h à 18h et 1500 Kr l’entrée. Ce dernier retrace l’Histoire de ce style de musique, mais aussi de la pop rock en Islande. Plus d’informations sur le site du musée.

The Icelandic Museum of Rock ‘n’ Roll

Njarðvík

Située au sud-est de Keflavik, cette ville se trouve dans la même agglomération. On trouve deux musées intéressants dans cette ville qui n’a pas beaucoup d’autres intérêts.

  • Viking World museum (Víkingaheimar en Islandais)7h à 18h tous les jours et 1500 Kr – situé dans la baie de cette ville, ce musée est entièrement dédié aux Vikings et à leurs expéditions à travers les mers. Dans le bâtiment moderne qui sert à abriter les collections, dont la vedette est sans aucune doute est la reconstitution du Gokstad, un bateau viking retrouvé en Norvège au XIXe siècle. En plus de ce bateau, on trouve aussi des découvertes archéologiques et des pièces évoquant la mythologie nordique. Plus d’infos sur le site officiel.
  • Slökkviliðsminjasafn Íslands (Musée Islandais des pompiers)13h à 17h. Le petit musée est spécialisé dans les véhicules de pompiers et dans les soldats du feu.

Viking World museum

L’accès à Keflavik

Pour se rendre à Keflavik, rien de plus simple, il suffit de sortir de l’aéroport de Keflavik et, en seulement quelques mètres, vous y serez. En venant de Reykjavik, il faut prendre la route 41.

Coordonnées GPS :

63° 98′ 57″ N
22° 55′ 13″ O

Infos pratiques sur Keflavik

Autour de Keflavik

Hébergements et hôtels à Keflavik

Lieu d’arrivée des touristes en Islande, il est commun de dormir la première ou la dernière nuit en Islande à Keflavik. Découvrez une large sélection de Bnb, chambres d’hôtes ou hôtels.



Booking.com

Météo à Reykjavik

Reykjavik
pluie très fine
1.6 ° C
2 °
0.6 °
93 %
4.1kmh
90 %
mar
4 °
mer
7 °
jeu
-1 °
ven
2 °
sam
3 °