Valahnukur est une petite montagne située dans les environs immédiats de la vallée de Þórsmörk (prononcer Thórsmörk) dans le sud de l’Islande. Sur son flanc est, se trouve le majestueux Mýrdalsjökull, une calotte glaciaire aux dimensions extraordinaires. Celle-ci a piégé dans ses entrailles de glace – d’une épaisseur sans commune mesure – des régions entières de cratères, de crevasses, de cheminées volcaniques. Au Nord et au Sud, ce sont respectivement les glaciers Tindfjallajökull et Eyjafjallajökull qui ornent l’horizon, cet horizon purement islandais dans laquelle vos yeux auront tôt fait de se perdre…

2h
Note du « Guide Vert » :
picto-merite-un-detour-guide

Thorsmork

Un peu de culture…

Tandis que certaines masses prennent forme au fil des rages volcaniques, par accumulation de lave, de débris de roches et de cendres bigarrées, la montagne Valahnúkur est la progéniture d’une éruption exclusive. Sa taille est modeste, 458 mètres de haut. Alors on entend dire qu’elle est facile d’accès. Il faut le dire : son sommet n’est ni le plus impossible ni le moins somptueux. C’est même le contraire ! En comparaison, le dôme de glace Góðabunga – qui trône au sommet du Mýrdalsjökull – culmine à pas moins de 1512 mètres.

Le Valahnukur, c’est à la fois un promontoire d’une efficacité certaine, mais c’est aussi un entremêlement de formations rocheuses fascinantes. En prêtant à ses parois un œil attentif, on distingue trois familles d’éléments naturels formateurs de cette jolie montagne.

D’abord, le tuf volcanique : il s’agit d’un conglomérat de débris volcaniques de toute petite taille. Il donne une roche solide, proche de la pierre ponce, rouge, tirant sur le jaune et sur l’orange. Dans l’Antiquité, les Étrusques puis les Romains l’ont exploitée pour bâtir leurs maisons, leurs temples et leurs empires. Ici, la montagne est recouverte d’un tuf produit à la suite d’un refroidissement quasi instantané d’une lave chauffée à 1200°C.

Ensuite, on observe des monceaux de lave en coussins ; celle-ci se forme couramment lors d’une éruption sous-marine, et moins couramment lorsque la lave d’un volcan terrestre s’écoule jusqu’à une zone d’eau. La présence sur le Valahnúkur de telles curiosités volcaniques et géologiques – c’est cette forme arrondie qui leur a valu le surnom affectueux de coussins – signifie que la montagne est très probablement née d’une éruption sous-glaciaire (ce qui, par ailleurs, expliquerait également le tuf).

Enfin, dernier élément remarquable : la brèche. Il ne s’agit pas d’une ouverture grossière, mais bien d’une roche issue de la coagulation – elle-même consécutive à une dégradation mécanique et naturelle – de minéraux primaires en tous genres. On la trouve généralement à la base des volcans et des montagnes, car les roches et autres débris qui dégringolent depuis le sommet se retrouvent accumulés tout en bas. Le Valahnúkur n’échappe pas à la règle.

Montagne de Valahnúkur

À visiter

Gravir la montagne sera un réel plaisir. Un panneau indicateur avec écrit « Valahnúkur » en grandes lettres vous indique le chemin vers le sommet. Vous vous retrouverez vite en haut et pourrez admirer une vue imprenable sur les glaciers, sur Þórsmörk, sur le Landmannalaugar et ses richesses… Il vaut mieux avoir une carte avec vous à tout moment, et ce, où que vous vous trouviez en Islande. Mais, si ce n’est pas le cas, pas d’inquiétude : au sommet de la montagne a été aménagée une table d’orientation, pour une vue limpide sur toute la région.

En parallèle de cette visite au sommet, vous prendrez un plaisir fou à explorer la vallée de Þórsmörk, un tableau grandeur nature pullulant de chemins de randonnée – parmi lesquels l’incontournable trek de Laugarvegur – traversant le monde entre lacs et volcans, entre failles et cascades tonitruantes…

Pour monter en haut de la montagne du Valahnúkur, il vous faudra parcourir presque 8 kilomètres avec un dénivelé de 300 mètres. Le chemin de randonnée est plutôt simple, surtout au début même si la dernière partie est un peu plus abrupte. Pour la durée de la randonnée, il faut compter environ 2 heures.

Une dernière chose : la présence de nombreux gués dont les dimensions et la puissance varient de jour en jour rend la conduite ardue. Alors, Þórsmörk et, par déduction, Valahnukur, ne sont accessibles qu’aux véhicules tout-terrain.

L’accès à Valahnúkur

Situé au niveau de la confluence entre la rivière Krossa (au sud) et le fleuve Markarfljót (au nord), Valahnúkur est accessible par des pistes parfois assez difficiles. En effet, en sortant de la route 1 au niveau de Seljalandsfoss, vous allez emprunter la route 249 qui, au bout de quelques kilomètres, se transforme en un chemin traversé par de très nombreux gués (surtout après des pluies). Juste après la confluence des deux rivières et lorsque que vous aurez en vue la montagne de Valahnúkur, vous devrez traverser la Krossa sur un pont en bois. Il vous reste seulement quelques kilomètres à parcourir pour atteindre le début de la randonnée. Le site se situe à 60 km d’Hella et 150 km de Reykjavik.

Coordonnées GPS :

63° 68′ 63″ N
19° 54′ 32″ O

Infos pratiques sur Valahnúkur

  • Prix : Gratuit
  • Horaire : Site naturel ouvert toute l’année (sauf condition météo particulière).
  • Durée : 1 heure au minimum, 2 heures si vous souhaitez prendre votre temps.

Hébergements et hôtels



Booking.com

Valahnúkur
3.8 (76.67%) 6 votes